compresseur à air

Tout savoir sur les compresseurs

On vous dit que vous avez besoin d’un compresseur pour vos premiers travaux de bricolage mais vous n’y connaissez rien ? Vous vous rendez dans un magasin mais vous ne savez pas quel compresseur choisir et comment sélectionner un bon modèle ? Laissez-nous vous guider dans votre choix. Si vous êtes en train de lire ces lignes c’est que vous êtes entre de bonnes mains. On va vous expliquer la typologie des compresseurs mais aussi les critères sur lesquels vous devez vous baser dans votre sélection.

Parce que choisir un bon compresseur n’est pas une garantie de succès dans vos projets de bricolage, on vous a concocté aussi un condensé de conseils pour une utilisation optimale et facilitée de cet appareil. Vous pouvez aussi découvrir des informations précieuses sur le fonctionnement de cette machine et de ses vertus. On vous éclaire également par rapport aux risques liés à l’utilisation du compresseur mais aussi concernant les pannes éventuelles de cet appareil. On répond à la question « Où acheter un bon compresseur ? ». Par conséquent, cette machine précieuse ne vous cachera plus des secrets quand vous auriez lu cet article.

Bref ! C’est une brève dédiée aux débutants qui souhaitent voir plus clair concernant cet appareil mais aussi aux professionnels qui souhaitent développer leurs connaissances.

guide ultime des compresseurs tout savoir sur les compresseurs - guide ultime des compresseurs - Tout savoir sur les compresseurs

Comment fonctionne un compresseur à air comprimé ? 

L’utilisation d’un compresseur peut s’avérer extrêmement utile pour s’acquitter de différentes tâches. Mais, avant tout, il convient de comprendre le mode de fonctionnement de cette machine assez précieuse. Actionné par un moteur électrique ou thermique, le compresseur active la rotation d’un ou plusieurs cylindres. Ces derniers assurent la compression de l’air dans une cuve dont la taille diffère d’un modèle à un autre. Quand l’air aspiré et comprimé atteint la pression souhaitée, le moteur s’arrête. Ainsi, le compresseur devient prêt pour alimenter d’autres outils pneumatiques. Pour garantir une utilisation optimale, il faut que le débit d’air comprimé restitué par le compresseur soit suffisant pour vos besoins. Ce volume d’air est mesuré en litres/min. Cet indicateur de performance est étroitement lié à la taille de la cuve mais aussi à la vitesse avec laquelle le groupe de compression est capable de la remplir.

L’air comprimé : un principe simple et des utilisations variées

L’air comprimé n’est autre que de l’air ambiant qui est mis sous pression grâce à un compresseur. Ce dernier prélève de l’air environnant et le transforme en air comprimé en le stockant à une pression supérieure à celle de l’atmosphère. Ce processus se fait grâce à un système pneumatique. L’air comprimé sert à deux utilisations principales. D’abord, il est destiné à stocker une grande quantité d’air tel que dans le cas de la plongée. Sinon, il est destiné à propulser de l’air sous pression comme pour le siège éjectable. Il convient de savoir que certains compresseurs peuvent atteindre un niveau de pression de 300 bars. L’air comprimé est utilisé dans plusieurs domaines :

L’industrie : Pour ce domaine, l’air comprimé est un matériau peu coûteux et robuste. Il se distingue aussi par son caractère peu dangereux et peu polluant. L’air comprimé est très utilisé pour assurer l’automatisation sur les chaînes de montage. Cependant, les industriels doivent faire attention à la propreté de l’air comprimé. Il faut vérifier que l’air soit filtré et ne contient pas des résidus d’eau ou d’huile. Dans l’industrie, l’air comprimé a plusieurs applications. Il est utilisé pour actionner les marteaux burineurs, les clés à choc, les visseuses pneumatiques, les cloueurs pneumatiques….

Le sablage : Grâce à l’air comprimé, il est possible de nettoyer rapidement une surface très sale. Ceci se fait à travers la projection d’air sous pression.

La respiration : L’air comprimé permet de constituer une réserve d’air importante sous l’eau  pour les plongeurs. Ces derniers emportent avec eux de l’air comprimé dans des bouteilles ou dans un caisson hyperbare. Les plongeurs peuvent emmener avec eux entre 12 et 15 litres d’air comprimé.

L’alimentaire : Dans le secteur alimentaire, l’air comprimé est de grand secours pour fabriquer des sodas et de l’eau gazeuse. Cette technique consiste à la projection des bulles de gaz dans la boisson.

L’écologie : Certaines éoliennes ou panneaux solaires sont dotés de compresseurs. Ces derniers produisent et stockent de l’air comprimé qui n’est pas utilisé immédiatement. Quand le système tombe en panne, l’énergie stockée est libérée et utilisée.

La motorisation : L’air comprimé intervient dans le fonctionnement des plusieurs types de véhicules : des locomotives de transport de personnes et de marchandises pour arriver aux avions et aux sous-marins et torpilles en passant par certaines voitures vertes. Le fonctionnement par air comprimé est très écologique et silencieux.

La peinture : Pour réussir les travaux de peinture, on a certainement besoin de plusieurs types de pistolets qui fonctionnent à l’air comprimé. A titre d’exemple, on peut évoquer l’aérographe qui n’est autre qu’un pistolet à peinture prenant la forme d’un stylo et qui sert à appliquer de la peinture sans toucher la surface.

La dentisterie : Les dentistes sont très reconnaissants pour cette source d’énergie. En effet, leur fraise fonctionne avec de l’air comprimé.

L’armurerie : L’air comprimé est indispensable au fonctionnement de certaines armes telles que les pistolets et les carabines. Dans le cas du pinball, c’est l’air comprimé qui propulse les billes de peinture.

Le gonflage : C’est l’utilisation classique de l’air comprimé. Le compresseur produit cette énergie et la stocke dans la cuve sous pression pour gonfler des pneus de voiture, de camions, de vélos, ou de moto. L’air comprimé sert aussi à gonfler d’autres objets gonflables tels que les matelas pneumatiques, les bouées, les piscines, les canots pneumatiques…

Les différents types de compresseurs 

Si on évoque l’air comprimé, on doit absolument détailler les différents types de compresseurs. La classification dans cette catégorie de produits se fait selon différents critères.

La classification la plus courante

Il est très courant de distinguer trois grandes familles de compresseurs. On évoque ici : 

  • Le compresseur portatif : Si vous avez besoin de l’air comprimé pour nettoyer, agrafer, coller quelque chose ou gonfler des pneus, le compresseur portatif est la meilleure machine à choisir. En effet, ce compresseur constitue une réserve d’air comprimé transportable. Assez léger et pratique, il est idéal pour les tâches de bricolage de tous les jours. La majorité de ces compresseurs disposent d’une petite cuve d’une taille inférieure à 20 litres. Leur puissance ne dépasse pas le seuil de 1.5 CV. Les compresseurs portatifs les plus performants restituent un débit d’air d’environ 8 m3/h. Généralement, ils pèsent moins de 4 kg. Sur le marché, on peut trouver des compresseurs portatifs qui peuvent être branchés sur l’allume-cigare et d’autres sur une prise secteur de 230 V.
  • Le compresseur monocylindre : C’est le type de compresseur le plus classique. Il est idéal pour des travaux un peu plus intensifs et qui peuvent s’étaler sur une période plus longue que celle permise avec le compresseur portatif. La taille de la cuve de ce compresseur varie entre 25 et 250 litres. Cette machine est capable de restituer un débit d’air de 40 l/h sous une pression de 8 bars. Compte tenu de son poids, il est toujours basé sur un châssis muni de roues et d’une poignée télescopique pour faciliter son déplacement.
  • Le compresseur bicylindre : Comme son nom l’indique, ce compresseur dispose d’un deuxième cylindre pour produire de l’air comprimé. De ce fait, les performances de ce compresseur sont beaucoup plus importantes. La pression maximale de cet appareil peut atteindre les 13 bars. Ce type de compresseur est destiné aux professionnels mais aussi aux bricoleurs chevronnés. Par conséquent, il marque sa présence dans les ateliers de plusieurs artisans tels que les carrossiers mais aussi dans les ateliers de peinture ou de mécanique. Vous l’avez compris maintenant ! Le compresseur bicylindre est assez puissant pour servir aux travaux intensifs et aux grands projets des professionnels.

    Il convient de savoir que les cylindres peuvent être en aluminium ou en fonte. Les cylindres en fonte sont d’une meilleure qualité car ils s‘échauffent moins, ils assurent la production de l’air comprimé d’une manière continue et ils sont le plus souvent lubrifiés. De ce fait, ils produisent un haut débit d’air utilisable allant de 10 à 500l/min. Ce mécanisme présente un avantage majeur : un très bon échange thermique d’où un bon refroidissement.

Selon le fonctionnement

Les modes de fonctionnement des compresseurs sont tellement variés qu’on  peut distinguer plusieurs familles de machine. Selon vos besoins et vos contraintes, vous pouvez opter pour un modèle ou un autre.

Compresseur lubrifié VS compresseur sec : Avant de choisir votre compresseur, il convient de comprendre le mode de fonctionnement de votre machine et les principales différences entre un compresseur lubrifié et un compresseur sec.

  • Le compresseur lubrifié : Il est important de savoir que ce modèle est moins cher que le compresseur sec. De plus, cette machine convient à toutes les activités de bricolage domestique. Pour le préserver dans un bon état, il convient de surveiller le niveau d’huile dans le réservoir et de la changer après 200  heures d’utilisation. Si vous opérez dans un milieu très froid, ce type de compresseur n’est pas un très bon allié pour vos travaux de bricolage. En effet, l’huile devient épaisse dans les températures glaciales. Ceci peut boucher le moteur et l’endommager.
  • Le compresseur sec : C’est une machine qui permet de travailler sans contrainte : pas d’huile à changer ou à vidanger ! Le résultat est parfait car l’air comprimé produit par cette machine ne contient aucune trace d’huile comme c’est le cas pour le compresseur lubrifié. Les processionnels de la peinture profitent bien de cet avantage car les résidus d’huile contenus dans la peinture ou dans la laque peuvent affecter négativement le résultat final. Ce type de compresseur est très utilisé à grande échelle dans les industries alimentaire et médicale.

Compresseur à vis VS compresseur à piston Vs Compresseur à palettes: Ces systèmes se composent de raccords rapides et faciles pour apporter de l’air comprimé aux différentes machines. Mais chaque solution revête un certains nombre d’inconvénients. A vous de choisir selon vos besoins et vos contraintes.

  • Le compresseur à vis : Pour produire de l’air comprimé, ce compresseur comporte deux vis qui tournent d’une manière synchronisée. Cette machine est conçue pour assurer une compression d’air continue contrairement au compresseur à piston qui restitue de l’air comprimé uniquement par un mouvement du piston. Sur le plan économique, le compresseur à vis est la solution idéale pour produire de gros volumes d’air comprimé. Ce type de machine présente l’avantage de fonctionner silencieusement et sans vibrations.  Il est aussi important de savoir que le compresseur à vis assure un très bon rendement sous une pression maximale de 15 bars. Depuis 1980, ce type de compresseur a su conquérir une très grande part de marché. Le système le plus répandu est celui à deux rotors hélicoïdaux. Il s’agit de deux rotors accouplés qui sont engrainés ensemble pour produire de l’air comprimé en l’emprisonnant et en réduisant son volume le long des rotors. Le compresseur à vis existe en deux versions : lubrifié et sec. Ce système de production d’air comprimé présente un avantage majeur : le fait de pouvoir tourner à pleine charge et sans interruption.
    Pour les compresseurs à vis à lubrifiés, le lubrifiant est généralement composé à base d'hydrocarbures, soit un produit synthétique. L’air comprimé produit dans ce cas comporte des résidus d’huile. C’est pour cette raison que le mélange passe par un carter pour séparer l’air du lubrifiant.

  • Le compresseur à piston : Cette machine assure la production de l’air comprimé par un mouvement de va-et-vient d’un piston dans un cylindre. C’est le compresseur le plus utilisé par les bricoleurs. Si cette machine est dotée d’un seul cylindre, elle serait capable de satisfaire les besoins d’un bricoleur moyen. Pour assurer des pressions plus élevées, le compresseur à piston est doté de configurations spéciales multicellulaires. Cette machine présente un manomètre permettant de lire la pression dans le réservoir et de la régler en fonction des besoins. Ce type de compresseur produit des pressions de haut niveau pouvant atteindre les 30 bars et plus. Il est utilisé pour produire de l’air comprimé pour des dispositifs de régulation et d'automatisation dans les bâtiments.
    Dans les deux cas, il convient d’opter pour un compresseur avec une taille de réservoir adéquate à vos besoins. Si vous avez besoin de beaucoup d’air comprimé sur un court laps de temps, il convient d’éviter les petits réservoirs. En effet, vous aurez à relancer le compresseur alors que le travail n’est pas achevé pour comprimer encore plus d’air.
  • Le compresseur à palettes : Cette machine est dotée d’un rotor à rainures excentré, situé dans un cylindre. On trouve une palette sur chacune des rainures longitudinales du rotor. Lorsque ce dernier commence à tourner, les palettes sont plaquées vers l'extérieur et coulissent à l’intérieur de la rainure sous l’effet de l'excentricité du rotor par rapport au stator. En balayant le cylindre, les palettes aspirent l’air d’un côté et le rejettent de l’autre.  Le compresseur à palettes est idéal pour les travaux ne nécessitant pas une grande puissance.

  • Le compresseur silencieux : Il convient de porter à vos connaissances que le volume sonore dépend étroitement de la puissance du compresseur. En effet, plus la puissance augmente, plus la machine émet du bruit. A titre indicatif,  le niveau sonore d’un compresseur destiné à des travaux intensifs peut atteindre les 80 décibels. C’est pour cette raison que les bricoleurs recommandent une certaine protection en utilisant les compresseurs et surtout les grands modèles. Le haut niveau sonore de ces machines peut endommager les tympans d’où la nécessité de porter des casques anti-bruits ou des bouchons d’oreille.

Pour pallier à ce problème, les concepteurs proposent des modèles de compresseurs silencieux. Ces machines apportent plus de confort pour le bricoleur mais aussi pour son entourage. La conception de ces appareils peut réduire le niveau sonore de la moitié par rapport à un compresseur classique. Les cuves de ces machines sont conçues avec un système de renfort qui permet de camoufler une bonne partie du bruit.  Cette particularité n’empêche le compresseur silencieux de s’adapter à tous les types de travaux : des plus légers aux plus intensifs.

Pour être plus clair, le compresseur silencieux présente un volume sonore qui varie entre 40 et 42 décibels. Ce niveau est équivalent à celui d’un bureau dans lequel travaillent des personnes calmes. Il faut aussi savoir qu’à partir de 45 décibels, le son émis par le compresseur ressemble à celui d’une machine à laver.  Ainsi, en achetant un compresseur silencieux, vous pouvez jouir d’un niveau sonore faible, d’une audition en bonne santé mais aussi d’un entourage satisfait.

Le compresseur silencieux est aussi plus cher qu’un compresseur classique. La différence de prix provient des composantes intégrées pour camoufler le bruit. D’une manière générale, la fourchette de prix des compresseurs silencieux varient entre 145 euros et 18000 euros.

Comment choisir un compresseur ?

Le compresseur d’air comprimé se décline en plusieurs modèles et faire son choix n’est pas une affaire simple. Vous souhaitez réussir le choix de cette machine précieuse ? Vérifier certaines caractéristiques techniques dans chaque modèle.

  • Le moteur : Les compresseurs sont alimentés par des moteurs électriques ou thermiques. Les premiers sont un peu limités en termes de puissance car ces moteurs sont faibles. Ils présentent également un problème de mobilité car ils doivent toujours être branchés à une prise secteur.  Le compresseur avec un moteur thermique est parfait pour délivrer assez de puissance en vue de s’acquitter de travaux importants. N’ayant pas besoin d’aucun branchement, ce compresseur offre plus de mobilité car il peut être déplacé à votre guise. 

  • Le débit d’air : Cet indicateur est exprimé en l/min et il varie d’un compresseur à un autre. Cette capacité à produire de l’air comprimé est tributaire de la taille de la cuve et de la force exercée. Le débit d’air restitué par le compresseur doit être adapté à la nature de la tâche que vous envisagez de faire. Pour une utilisation de nature polyvalente, un débit d’air compris entre 150 et200l/min serait suffisant. Vous serez en mesure de boulonner, meuler, buriner ou peindre des surfaces restreintes. Si vous avez des travaux plus lourds tels que le sablage et le ponçage, il faut choisir un compresseur assurant un débit de 300 l/min.

  • Le confort d’utilisation est un critère très important dans le choix des outils de bricolage en raison de l’utilisation longue et successive de ces appareils. Le compresseur doit offrir une certaine maniabilité et une utilisation simple et confortable. Il serait judicieux donc d’opter pour des compresseurs peu pesants. La légèreté est très demandée surtout dans le cas d’un compresseur portatif. Si vous allez quand même opter pour une machine lourde essayez de choisir un modèle avec une poignée ergonomiques et des roues de qualité. Ainsi, le déplacement du compresseur serait plus facile. Les dimensions de votre appareil doivent le disposer à trouver de la place partout dans les maisons ou dans les ateliers. Un compresseur portatif doit être suffisamment compact pour se ranger dans le coffre de la voiture.
    Le caractère silencieux est très apprécié par les bricoleurs mais surtout par les professionnels qui l’utilisent pour une longue durée.

  • Le prix : Tout comme les autres appareils, il existe des compresseurs pour tous les prix. La fourchette des prix est assez large. Elle varie de 40 à 500 euros et même plus. Le conseil qu’on peut vous assurer c’est de choisir l’appareil en fonction de vos besoins. Si vous souhaitez l’utiliser occasionnellement pour de courtes périodes et des travaux peu intensifs, vous pouvez vous contenter d’un modèle d’entrée de gamme peu onéreux. Par contre si vous en avez besoin pour une utilisation professionnelle, vous devez investir dans un modèle puissant et hait de gamme.

  • La taille de la cuve : Cet indicateur est très important car il affecte directement la capacité du compresseur à restituer de l’air comprimé. Cependant, il est important de porter à vos connaissances qu’il y a des compresseurs qui sont conçus sans cuves. De ce fait, ils ne sont pas capables de constituer une réserve d’air ni d’ajuster la pression aux besoins de l’outil que vous souhaitez actionner.

    Pour les compresseurs dotés d’une cuve, le choix doit se faire au taquet en fonction de la contenance de cette dernière. Il faut aussi maîtriser ses besoins et savoir évaluer la quantité d’air comprimé dont vous avez besoin. A titre indicatif, une cuve de 10 litres sera largement suffisante pour une utilisation domestique. Pour s’acquitter de petits travaux d’agrafage, de peinture ou de soufflage, il faut prévoir une cuve de 50 litres.  Pour des travaux encore plus intensifs tels que le burinage, le perçage ou la peinture d’une carrosserie, il convient de choisir un compresseur avec une cuve de 100 litres.

    Si vous comptez réaliser des travaux de grande envergure, il convient d’éviter les cuves de petite taille car le compresseur risque de s’arrêter avant que vous auriez fini le travail. C’est une perte de temps ! Pour les petits travaux, une cuve de taille importante est inutilement onéreuse et pesante.

    Le matériau de fabrication de la cuve est d’une grande importance dans la performance du compresseur. Sur le marché, vous pouvez trouver des cuves en aluminium et d’autres en fonte. Si vous cherchez un compresseur peu cher et léger, il faut donc opter pour les cuves en aluminium. Quant aux cuves en fonte, elles permettent un refroidissement optimal du compresseur mais il s’agit d’un matériau très lourd.

Les compresseurs dédiés aux petits travaux :

Les concepteurs et les constructeurs de compresseurs ont remarqué qu’il y a des tâches très fréquentes chez les bricoleurs. De ce fait, ils ont développé des modèles spécifiques pour chaque type d’activités. Ainsi, on peut trouver sur le marché des compresseurs pour des petits travaux tels que :

  • Le compresseur pneu : C’est le type de compresseur le plus utilisé. Il faut bien choisir cet appareil en fonction des besoins en air comprimé et du type de pneu à gonfler. Si vous souhaitez gonfler des objets de taille modeste tels que les chambres à air de vélo, faites-vous offrir un petit compresseur. Un plus gros modèle serait idéal pour projeter de l’air dans des objets de taille plus importante. Il convient de savoir à ce titre qu’un pneu de vélo nécessite dans les 6 bars, un pneu de voiture nécessite 2 bars alors qu’un pneu de caravane requiert 3 bars.
  • Le compresseur sablage : Ce compresseur assure le nettoyage d’une surface  grâce à la pulvérisation du sable sous pression. Il s’agit d’un outil assez efficace pour décaper de la rouille, du bois, la carrosserie d’une voiture….Le compresseur de sablage destiné aux particuliers existe en deux versions : à piston et à palettes. Le compresseur à piston est une solution idéale pour les personnes souhaitant s’en servir pour des utilisations occasionnelles. Son prix est à la portée. Quant au compresseur à palettes, il est un peu onéreux et bruyant. Il est très recommandé pour des utilisations régulières.
  • Le compresseur aérographe est une machine très utilisé dans le domaine automobile. Il sert à peindre différents types de surfaces. Cet appareil pulvérise à distance et il prend la forme d’un stylo. Il est doté d’une bombe d’air comprimé couplée au produit que l’on souhaite asperger : encres, peinture, pigments... Le compresseur aérographe existe sur le marché en plusieurs versions. On peut trouver des modèles simples permettant d’appliquer des peintures unies. Il y a aussi des compresseurs aérographes doubles pour appliquer des peintures à effets ou des dégradés.

Compresseur : Conseils et astuces pour une utilisation optimale

Une fois que vous êtes en possession de votre compresseur, vous devez savoir comment l’utiliser pour éviter les faux pas et garantir un fonctionnement correct. En commençant par le déballage pour arriver à l’installation et  l’utilisation, on vous présente un condensé de conseils pour profiter à fond de votre compresseur.

  • Le déballage : Lors de déballage, il convient de manipuler doucement toutes les pièces et s’assurer qu’aucune composante n’est endommagée. Il faut aussi que toutes pièces existent dans leur emballage. En cas de problème quelconque, il convient de contacter le fournisseur avant de mettre le compresseur en marche.
  • L’installation : Cette phase est primordiale dans le fonctionnement correct du compresseur.  D’abord, il serait préférable d’assurer le montage du compresseur dans un espace assez aéré. Pour éviter les échauffements et les étincelles. Il faut éviter de placer quoique ce soit sur la machine. Le stockage du compresseur doit se faire dans un endroit à l’abri de l’humidité et du froid.
  • L’alimentation : Pour alimenter le compresseur, il convient de bien lire la notice livrée avec la machine. En effet, ce document vous renseigne sur les indications électriques nécessaires. Ainsi, vous pouvez choisir la bonne prise et la rallonge.
  • La mise à niveau : Il convient de savoir que les compresseurs qui fonctionnent à l’huile utilisent un système de lubrification par barbotage. Pour bien lire le niveau d’huile existant dans le réservoir, il convient de placer le compresseur sur une surface plane et horizontale. A défaut, le système risque de se gripper.

Les bonnes pratiques pour un montage et une utilisation réussis du compresseur 

Vous avez votre compresseur entre les mains ? Vous ne savez pas comment faire le montage et le mettre en marche ? Ici, vous êtes à la bonne adresse car on vous propose les bonnes astuces vous permettant de réussir l’installation de votre machine ainsi que son utilisation.

Le montage d’un compresseur : La première étape du montage consiste à bien visser les roues autour de l’axe principal.  Ensuite, il serait judicieux de visser les culasses en vue de fixer les blocs de filtration. Enfin, il convient de brancher le compresseur à la prise adéquate indiquée au niveau de la notice.

La première utilisation du compresseur : Pour votre premier essai du compresseur, il serait judicieux, avant tout, de vérifier le niveau d’huile. Si la quantité est faible, vous devez en rajouter. Pour lire le niveau d’huile, il faut regarder dans l’œillet en verre qui se trouve en bas du bloc de la pompe.  On parle d’un bon dosage quand la jauge se trouve au centre du cercle.  Quand elle se trouve au dessous du cercle, le dosage n’est pas bon.  Mais, ne vous inquiétez pas à ce titre car généralement les compresseurs sont livrés avec un bon dosage d’huile.

Lors de la première utilisation, il convient de vérifier la pression de sortie. Pour ajuster la pression du jet, il serait judicieux de tourner la molette du régulateur. N’oubliez pas de mettre l’interrupteur en position off. Un dernier conseil : le robinet de purge doit être bien fermé.

L’utilisation du compresseur : Pour éviter la surchauffe, il convient d’éviter les utilisations longues et peu espacées. De toutes les façons, il faut regarder la notice livrée avec la machine. Ce document vous indique la durée d’utilisation idéale du compresseur.

Après l’utilisation : Vous avez terminé votre travail et vous souhaitez débrancher le compresseur ? Attention ! Il ne faut jamais couper le moteur en débranchant la prise. Il faut d’abord appuyer sur le bouton Off. Par la suite, il convient de dévisser la vis de purge pour laisser l’air comprimé s’échapper. Enfin, vous pouvez débrancher le compresseur. Pour conserver les qualités de votre appareil, il convient de le ranger soigneusement dans un espace sec et loin de l’humidité.

Comment entretenir un compresseur ? 

Tout comme les autres appareils de bricolage, le compresseur doit profiter d’un entretien régulier pour pouvoir fonctionner correctement pour une plus longue durée. En effet, il existe deux types d’entretien à effectuer pour rallonger au maximum la durée de vie de cet appareil.

Purger la cuve : La cuve abrite la réserve d’air constituée par le compresseur. De ce fait, il faut la purger de temps en temps.  En ouvrant la valve de la purge qui tourne dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, vous allez remarquez la sortie d’une eau rouillée. Vous devez aussi purger le filtre qui sert à libérer l’humidité. L’idée est d’évacuer l’eau collectée dans cet endroit.  Quand il n’y a plus de bruit, le manomètre indique une pression remise à zéro. A ce moment là, on peut dire que la purge est effectuée avec succès. Si vous utilisez votre compresseur d’une manière occasionnelle, une purge par mois est largement suffisante. Par contre, si vous l’utilisez quotidiennement et pour des travaux intensifs, cet entretien doit se faire à la fin de chaque utilisation. L’eau collectée qui stagne dans l’appareil s’attaque au métal et abîme le compresseur.

La vidange du moteur du compresseur : Cette étape vise à transférer l’huile du réservoir dans un jerrican. Pour ce faire, il convient d’enlever le bouchon de remplissage et de dévisser le bouchon de vidange. Pour favoriser l’écoulement de l’huile, il serait judicieux de soulever un peu le compresseur.  Quand l’écoulement est terminé, il convient de verser une nouvelle huile spéciale compresseur dans le bouchon de remplissage. Il faut aussi surveiller le niveau d’huile dans le réservoir qui doit dépasser légèrement le point rouge situé à au milieu du réservoir.  Le changement d’huile est un entretien à effectuer après 100 heures d’utilisations.

Les astuces ne manquent pas …. Le fonctionnement du compresseur engendre des vibrations et beaucoup de changements de température. Ces phénomènes risquent de dévisser les tuyaux d’air comprimé. De ce fait, il convient de vérifier le bon dévissage de ces derniers. De plus, il faut assurer un très bon nettoyage des rondelles du filtre à air avec un aspirateur. En effet, ces rondelles existent dans un endroit où plusieurs particules fines peuvent transiter. Ce nettoyage est recommandé après 50 heures d’utilisations.

Les principales pannes d’un compresseur 

Le compresseur à air comprimé est un appareil qui peut présenter des dysfonctionnements au bout de quelques utilisations. Il convient donc de savoir quelles sont les pannes les plus fréquentes de cet appareil. Le moteur peut présenter un rythme anormal : soit il ne tourne pas, soit il tourne rapidement ou lentement. Cette perturbation peut être due à un défaut d’alimentation ou  du moteur. De ce fait, il convient de prévoir un remplacement de l’alimentation ou une vérification du moteur.

Le compresseur peut aussi ne plus projeter d’air. Dans ce cas, vous devez assurer un très bon nettoyage des composantes du compresseur. Si l’appareil vibre ou émet des sons anormaux, ça pourrait être à cause de quelques pièces desserrées ou usées. Un piston desserré en contact avec la soupape peut produire les mêmes effets. De ce fait,  il serait judicieux de bien visser les pièces et remplacer les joints usés.  

Si votre appareil présente une pression ou un débit insuffisant, plusieurs défaillances peuvent être à l’origine de ce problème. Il faut s’attendre à ce que le filtre à air soit obstrué ou le moteur soit endommagé. Il se peut aussi qu’il y ait une fuite dans la soupape de sécurité ou dans la soupape de vidange. Le piston ou le cylindre pourrait également être endommagé. Dans ce cas, il serait judicieux de vérifier tous les éléments concernés : serrer, nettoyer et remplacer les composants abîmés.

Votre compresseur consomme beaucoup d’huile ? C’est un mauvais signe ! Ça pourrait être du à un niveau trop élevé d’huile. Sinon, le piston ou le cylindre peuvent être endommagés. Dans cette situation, une vidange s’impose. De plus, il fau bien vérifier l’état des pièces concernées.

Les risques liés à une mauvaise utilisation du compresseur 

Une utilisation correcte d’un compresseur doit obéir à certaines règles de sécurité. Sur la notice de l’appareil, vous pouvez lire attentivement les instructions relatives à une utilisation saine et sans dangers. Cependant, les risques liés à une fausse  manipulation ou à un défaut dans l’appareil sont toujours existants.  On distingue les risques suivants :

  • Explosion : En effet, certains modèles de compresseurs produisent des réchauffements et des étincelles. Dans cette situation, il faut les mettre dans un espace aéré. Il convient de les garder loin des vapeurs d’essence, des soudures mais aussi des produits chimiques tels que les dissolvants (trichloréthylène et le chlorure de méthylène). Les produits inflammables sont aussi à éviter.
  • Sur la santé : Pour travailler d’une manière saine, il faut faire attention aux risques  que présentent les compresseurs sur la santé de l’utilisateur. Il convient de savoir que l’air comprimé n’est pas approprié à la respiration. Avant d’utiliser le compresseur, il convient de se protéger avec des lunettes et un masque de sécurité. De plus, il convient de garder l’appareil loin des enfants.
  • Décharge électrique : Il est important de porter à vos connaissances qu’une décharge électrique peut avoir lieu suite au contact du compresseur avec l’eau, la neige…. De ce fait, il convient de conserver le compresseur loin de l’humidité et ne pas le toucher les mains mouillées.
  • Brûlure : Pour éviter le risque de brûlure, il convient de manipuler le compresseur après l’avoir débranché. Il faut aussi toujours surveiller l’appareil tant qu’il fonctionne.

D’une manière générale et en cas de panne quelconque, il convient de faire appel  à un technicien pour réparer le compresseur. Il ne faut surtout pas le démonter tout seul.

Les accessoires d’un compresseur 

La possession d‘un compresseur est très avantageuse dans le sens où elle vous permet d’actionner les moteurs de plusieurs outils pneumatiques et de réaliser des gonflages de qualité. Mais un compresseur, à lui seul, ne peut pas fonctionner correctement. Cette machine a besoin d’un ensemble d’accessoires pour une utilisation optimale. Un compresseur a besoin de mesurer la pression, de propulser de l’air, de relier ses éléments, de transporter de l’air….Découvrons donc les accessoires indispensables au fonctionnement du compresseur.

Le nanomètre : Cet accessoire a pour rôle principal de mesurer la pression dans la cuve du compresseur. En effet, tous les compresseurs de moyenne et de grande puissance sont dotés d’un nanomètre intégré. L’idée este de réguler et ajuster la pression. Se trouvant généralement à l’extrémité du pistolet, le nanomètre prend la forme d’un cadran à trois couleurs Il comporte une aiguille qui détecte la pression exacte de l'air qui passe dans son capteur. Par la suite, elle tourne dans le sens des aiguilles d’une montre pour indiquer la bonne pression. Certains modèles de nanomètres dont dotés d’une molette qui permet d’ajuster l’intensité de l’air projeté en fonction des besoins. Cette option permet de protéger les supports fragiles contre une forte pression.

Le tuyau ou le flexible : Si le compresseur aspire de l’air environnant pour le comprimer et le projeter c’est qu’il a besoin de tuyaux pour transporter cet air vers la surface à traiter. L’objectif est de ne pas soulever le compresseur qui est parfois très pesant. Le rôle principal du flexible est de relier le compresseur à son pistolet de projection. La longueur de ce tuyau varie entre 2 et 50 mètres. Ce dernier peut être droit à spirale.

L’embout : La mission principale de cet accessoire est de propulser de l’air. Il existe différentes formes de ces embouts. Le choix doit se faire en fonction de l’utilisation désirée : du pistolet à colle pour arriver à la soufflette en aluminium en passant par la clé à choc… L’embout peut aussi servir en vue d’utiliser l’agrafeuse, la ponceuse, la meuleuse, la poignée de gonflage, le marteau burineur.

Le compresseur pourrait avoir besoin de raccords ou de douilles. Une clé à cliquet pourrait être indispensable pour relier ses composants. Il convient de prévoir un enrouleur de câble si ce dernier est trop long.

L’huile du compresseur : 

Les compresseurs à injection d’huiles nécessitent une lubrification pour assurer une utilisation optimale de l’appareil. De ce fait, il convient de bien choisir des lubrifiants de bonne qualité. Pour fonctionner correctement, le compresseur à huile a besoin d’une lubrification à plusieurs titres.

Etanchéifier : En effet, l’huile du compresseur assure l’étanchéité de toutes les pièces mobiles contenues dans l’étage de compression. L’objectif est de garantir un rendement énergétique optimal.

Nettoyer : L’huile du compresseur empêche la formation des dépôts. Elle permet la direction des saletés en suspension et les particules métalliques vers le filtre à huile. C’est là où elles vont être piégées pour assurer l’intégrité et le fonctionnement correct du compresseur. 

Lubrifier : L’huile du compresseur permet aussi une bonne lubrification de l’appareil en formant une couche protectrice qui réduit l’usure des roulements. Ainsi, on peut aussi limiter la corrosion des composants et augmenter la durée de vie de l’appareil.

Refroidir : Le rôle principal de l’huile d’un compresseur est d’assurer l’évacuation de la chaleur générée lors de la compression de l’air.

La lubrification d’un compresseur se fait d’une manière manuelle et ponctuelle. Il convient de vérifier l’état des vis ou des pistons. Si ces derniers semblent être secs, il convient de verser quelques gouttes d’huile dessus. Côté prix, les huiles de compresseurs se vendent à 15 euros le bidon de deux litres. Pour ceux qui souhaitent dépenser moins, l’huile de moteur fait aussi l’affaire. Elle se vend à 6 euros.

Les pièces de rechange des compresseurs :

Avoir un compresseur dans son garage ou dans sa maison, c’est bien ! Mais il faut aussi savoir trouver ses pièces de rechange quand, il tombe en panne. Pour conserver cet appareil pendant une longue durée et en bon état, il faut détecter les magasins qui proposent les pièces détachées d’un compresseur. Le remplacement des pièces abîmées permet de remettre le compresseur aux normes en vigueur concernant cet appareil. De plus, ce remplacement des parties non conformes permet aussi d’optimiser les performances de la machine pour en profiter à fond. Plusieurs pièces pourraient être concernées par ce remplacement. On peut donc évoquer le filtre de compression, le filtre d'aspiration, les éléments de compressions, les pièces d'origines  et le séparateur d'huile.

Il est important de porter à vos connaissances que depuis le 1er Mars 2015, en achetant un compresseur ou tout autre bien mobilier, le vendeur doit vous communiquer toutes les informations relatives à  la disponibilité des pièces de rechange indispensables au fonctionnement correct du compresseur.

D’une manière générale, il y a différentes façons de se procurer les pièces détachées de cette machine.

  • Pour un achat très simple, vous pouvez vous dresser à la marque de votre compresseur.
  • Si vous êtes pressé et vous voulez faire plus vite, vous pouvez aussi aller chercher ces pièces auprès d’un vendeur généraliste.
  • Pour obtenir des pièces précises et de bonne qualité, il convient de se précipiter vers un vendeur spécialisé.
  • Pour un achat économique et moins cher, il convient d’opter pour un site en ligne. Côté prix, les tarifs dépendent de la nature de la pièce à acheter mais aussi du vendeur ou du magasin que vous décidez de visiter. Pour faire de bonnes affaires, vous pouvez chercher des pièces d’occasion à travers les annonces entre particuliers.

Outillage pneumatique : raccord au compresseur et conseils d’utilisations 

Maintenant que vous disposez d’un compresseur et que vous maîtrisez son utilisation, son entretien et les risques liés à son usage, vous devez vous équiper de quelques outils pneumatiques pour tester votre compresseur et en profiter à fond. Sur le marché, vous pouvez trouver des kits d’accessoires pneumatiques de la soufflette, au pistolet de peinture pout arriver au pulvérisateur…  Vous avez aussi besoin de flexibles et de raccords. Ces accessoires sont indispensables pour assurer certaines tâches telles que le gonflage pneumatique, le nettoyage, la peinture….

Tuyau pneumatique en spirale : Sans tuyau, il est impossible de n’utiliser aucun outil pneumatique. Un tuyau d’une longueur de 5 mètres en polyéthylène est idéal pour les petits travaux. Pour le diamètre, il convient de choisir un tuyau en adéquation avec la sortie du manodétenteur. L’idée est d’éviter les grosses déperditions de pression. D’ailleurs, la majorité des compresseurs destinés aux usages occasionnels présentent une sortie de 6 à 8 mm. Les compresseurs destinés aux besoins des professionnels ont une sortie de 10 à 12 mm.

Pour assurer de bons raccords, il convient de se servir d’un embout mâle pour brancher du côté du compresseur et d’un raccord rapide de l’autre côté. Ce montage permet d’adapter n’importe quel outil. Les embouts affichent une taille normalisée et universelle (ISO 6150B). Pour travailler confortablement et sans contraintes, orientez votre choix vers un tuyau pneumatique qui accepte une pression minimale de 8 bars.

La soufflette : C’est le produit idéal pour le nettoyage, le dépoussiérage ou bien le séchage. Cet appareil est capable de nettoyer tout ce qui tombe entre vos mains. La soufflette existe dans le marché en plusieurs version. De choix doit se faire en fonction de vos besoins. En effet, il existe des modèles avec une buse démontable et interchangeable. D’autres soufflettes disposent d’un tube extenseur pour les endroits difficiles à atteindre. Pour des travaux de nettoyage ordinaires et classiques, une buse coudée d’une longueur de 5 à 10 cm serait idéale.

La poignée de gonflage : Le compresseur est connu principalement pour sa capacité à gonfler des pneumatiques. De ce fait, la poignée de gonflage est un accessoire indispensable et très recommandé. Pour travailler confortablement et obtenir le niveau de pression exacte dans le pneu, il convient de procéder au choix d’une poignée de gonflage avec un manomètre homologué CE. Cet outil autorise une pression allant jusqu’à 10 bars. Généralement, la poignée de gonflage est vendue avec un embout aux normes automobiles mais vous trouverez des modèles avec des embouts interchangeables qui sont capable de gonfler tous les types de pneumatiques.

Le pulvérisateur : C’est un outil incontournable pour réussir tout type de nettoyage, de dégraissage et de décapage à travers l’application de toute sorte de solvants.  Tout comme un pistolet à peinture  par aspiration, le pulvérisateur est doté d’un réservoir situé sous le corps de l’outil. Quand vous actionnez la gâchette, l’air traverse l’appareil et entraîne le produit logé dans le réservoir du pulvérisateur. La projection se fait sur une surface plus ou moins importante en fonction de la buse que vous choisissez.

Le pistolet à peinture : Couplé au compresseur,  le pistolet à peinture peut appliquer tout type de peinture sur différents types de surfaces. Les pistolets à peinture se déclinent en deux versions. Le pistolet à gravité est doté d’un réservoir sur le dessus. Dans ce cas, la peinture descend dans le corps grâce à son propre poids. Le pistolet par aspiration est doté d’un réservoir sur le dessous. Ainsi, la peinture est aspirée par un effet Venturi créé par le corps du pistolet. Il convient de savoir que la forme du cône de projection de la peinture dépend de la buse choisie. Si vous souhaitez peindre des petites surfaces, il convient d’opter pour un pistolet basse pression par aspiration. Ce type d’outils se caractérise par une petite contenance du réservoir. Si vous avez besoin d’un pistolet pour de grandes travaux, optez pour un modèle à gravité haute pression.

Pour finir…

Le monde des compresseurs est assez vaste et ses utilisations sont assez variées. Produisant de l’air comprimé, cette machine est assez précieuse. Posséder un compresseur à la maison ou dans un atelier est une excellente décision. Mais avant d’aller en magasin, il serait judicieux de bien maitriser ses besoins. Les travaux intensifs et les travaux légers et de petite envergure  ne peuvent pas être réalisés avec le même compresseur. En plus des besoins, il convient de maitriser les caractéristiques techniques du compresseur. La taille de la cuve, le confort d’utilisation, le prix et le débit d’air restitué par la machine sont des critères de sélection assez importants. De plus, il convient de bien étudier les différentes types de compresseurs : lubrifié ou à sec, à piston, à vis, ou à palettes….

Posséder un compresseur c’est bien mais il faut aussi disposer d’un certains nombre d’accessoires tels que les tuyaux, les embouts…. Comme tout appareil de bricolage, le compresseur n’est pas à l’abri des accidents et des risques liés à son utilisation. De ce fait, il convient d’adopter les bons réflexes en cas de pannes ou d’accidents. Ainsi, votre compresseur serait votre meilleur ami.

Update - 2018.11.19Ete vous prêt pour noël? Ici nos recommandation Cadeaux pour 2018
Martin Schwartz

Ingenieur Genie Mecanique et Blogger chez 123bricolage.fr

Nous serons heureux de voir vos commentaires

      Laisser un commentaire

      123 Bricolage
      Logo
      Bloqueur de publicité détecté!

      Notre site Web est rendu possible en affichant des publicités en ligne à nos visiteurs.
      S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité sur notre site Web.

      Close