Le même outil, mais des prix différents : sommes-nous arnaqués ?

Que vous soyez un bricoleur professionnel ou même amateur, vous vous êtes sûrement posé beaucoup de questions au sujet des prix qui ne cessent d’augmenter et qui demeurent malheureusement différents d’une marque à une autre, d’un vendeur à un autre et même d’un pays à un autre.

D’où le besoin parfois d’importer un produit ou d’aller le chercher à l’étranger ? Ça se passe comment ? Existe-t-il une solution ?

Comparaison des prix de ponceuses

Pour un artisan professionnel ou un bricoleur amateur, il est important d’avoir le bon matériel à portée de main. De nos jours, grâce aux progrès de la technologie, des équipements modernes et pratiques font leur apparition. Parmi ces outils modernes, il y a la ponceuse excentrique. S’il fallait autrefois utiliser des feuilles abrasives et beaucoup d’efforts pour poncer, aujourd’hui, le travail ne demande qu’un minimum d’efforts. Cette nouvelle machine permet à son utilisateur efficacité et précision. Elle permet un travail de qualité en un rien de temps. 

1. Prix d’une Ponceuse excentrique par pays

En France, le prix d’une ponceuse dans cette gamme varie entre 43 € et 575 € . Au-delà de cet intervalle de prix, vous trouverez des ponceuses spécialisées, avec des usages précis. Le prix du même type de ponceuse aux États-Unis varie de $ 30 à $ 647, soit un intervalle de 25,8 € à 556 €. Au Royaume-Uni, les bricoleurs paient £ 30.89 pour une ponceuse excentrique entrée de gamme et jusqu’à £ 631.2 pour modèle professionnel. Cela dit, cette machine est proposée pour un prix de 36,6 € à 748,7 €. Toujours dans le cadre de comparaison des prix de la même machine, on la trouve en Italie avec une fourchette de prix allant de 43,09 € à 304,5 €.

2. Prix d’une ponceuse à bande par pays

Passons maintenant aux ponceuses à bande. Peu d’outils peuvent vous faire gagner autant de temps, ou anéantir votre projet plus rapidement. Si vous êtes novice en matière d’utilisation des ponceuses à bande, sachez que vous pouvez l’acheter en France avec un prix de 47,4 € à 859,4 €.

Si vous êtes un bricoleur américain, vous devez attendre à payer 28,35 € pour une ponceuse à bande entrée de gamme et 1655,82 € pour une autre professionnelle. Les anglais, par contre, trouvent cet accessoire avec une fourchette de 89,27 € à 971,44 €. Pour les Italiens, le prix d’une ponceuse à bande est moins cher, elle coûte entre 27 € et 837,1 €.

3. Prix d’une ponceuse orbitale par pays

Chaque personne a ses besoins et son pouvoir d’achat. De ce fait, le marché propose différentes gammes de ponceuses orbitales : entrée de gamme, milieu de gamme et haut de gamme.

Dans la catégorie entrée de gamme, plusieurs fournisseurs en ligne proposent des produits pouvant répondre aux besoins d’un particulier souhaitant s’initier au bricolage ou n’ayant besoin d’une ponceuse que pour un usage occasionnel. Elle est proposée pour un prix de 29 € en France, 24,3 aux Etats Unis, 29,6 € au Royaume-Uni et 38,7 € en Italie.

En considérant les exigences et les spécificités de son travail, un professionnel s’oriente souvent vers un produit de milieu de gamme ou idéalement haut de gamme. Une ponceuse orbitale de qualité professionnelle coûte environ 728 € en France, 642,6 € pour les américains, 733,7 € pour les anglais et 595 € pour les italiens.

4. Prix d’une ponceuse vibrante par pays

Un autre modèle très apprécié par les bricoleurs, la ponceuse vibrante. Son prix en France varie de 30 à 325,5 €, en Italie varie de 29,5 à 302,55 €, au Royaume-Uni varie de 35,5 à 471,4 € et aux États-Unis d’Amérique varie de 22 à 429,4 €.

5. Prix d’une ponceuse trinagulaire par pays

Si vous voulez poncer une pièce et atteindre les coins, les bords ou les reliefs qui ne peuvent jamais être atteints, une ponceuse triangulaire est ce qu’il vous faut. En France, son prix varie de 57 € à 289,97 €. Vous la trouverez sur le marché italien avec un intervalle de 34,9 € à 492,5 €.

De l’autre part, 17,75 € est le prix d’une version standard aux Etats-Unis, et un modèle professionnel complet coûte environ 188,9 €. Ce dernier est disponible sur le marché anglais à 88,9 € seulement, alors qu’une ponceuse triangulaire typique coûte 27,26 €.

6. Prix d’une ponceuse girafe par pays

Pour des résultats très satisfaisants, la ponceuse girafe est un matériel indispensable. Sa forme, ses dimensions et sa praticité permettent de poncer avec facilité et dans un confort optimal. Si vous êtes un bricoleur français, ce produit est proposé à un prix intéressant.

Vous ne trouverez pas une grande différence entre les versions classiques qui coûtent environ 119 € et les versions haut de gamme qui coûtent 296,55 €. Dans les autres pays, l’intervalle est plus important. En effet, les américains paient de 113,25 € à 600,4 €, les italiens paient de 146 € à 499 € et les anglais peuvent acheter une ponceuse girafe standard à 183,2 € et une version professionnelle à 828,3 €.

Comparaison des prix  de perceuses 

Il arrive souvent que les propriétaires aient besoin de suspendre quelque chose ou d’assembler des objets. Dans les deux cas, pour le faire, vous devez percer des trous. Cependant, tous les outils de perçage ne sont pas idéaux pour tous les types de travaux. Cela peut paraître simple, mais le monde du perçage est vaste et passionnant. Parlons un peu des outils de forage les plus répandus, les perceuses.

1. Prix d’une perceuse sans fil par pays

Nous aimons tous jouer avec les outils électriques, mais l’achat n’est que le départ de l’aventure. En fait, le prix d’une perceuse peut varier selon la marque et selon le type lui-même. Parmi les plus grands modèles, on trouve les perceuses sans fil. Ces outils portables coûtent de 20,62 € à 959,98 € sur le marché français.

Pour un consommateur américain, il peut payer 13,42 € pour une perceuse portable entrée de gamme et 598,3 € pour un modèle professionnel. En Italie, par contre, les prix sont peu différents et varient de 22,28 et 1 127,2 €. Les anglais ont plus de choix, ils paient 8,6 € seulement pour une perceuse sans fil à usage occasionnel et 1470,43 € pour une autre de haute qualité.

2. Prix d’une ponseuse à percusiion par pays

Quels que soient les travaux de bricolage que vous avez sur votre liste, il y a certains articles dont vous ne pouvez pas vous passer et une perceuse à percussion dédiée en fait partie. Pièce essentielle, cette perceuse peut coûter de 26 € à 1 017,3 € sur le marché français, un marché où le bricolage est en plein essor avec ⅔ de population qui font des travaux de “Do It Yourself”.

Dans les mêmes grandeurs de prix, cette machine est proposée sur le marché italien avec un intervalle de prix allant de 28 € à 1 018,4 €. Passons maintenant aux Etats Unis où les particuliers paient 32,4 € pour un modèle typique et les professionnels paient 334 € seulement pour obtenir une version de qualité unique. Au Royaume-Uni, cette pièce peut coûter de 30,8 à 753,1 €. Les prix peuvent grimper dans certains cas et dépendre des options souhaitées. 

3. Prix d’une perceuse à colonne par pays

Une perceuse à colonne de taille normale est lourde, relativement chère et occupe une place précieuse dans votre espace de travail.

Cette machine est disponible en France et son prix varie de 136,6 € à 2 849,2 €, elle est vendue en Italie pour un prix allant de 108,7 € à 806,3 € et proposée sur le marché américain de 223,3 à 5384,6 €.

Les sites de vente en ligne au Royaume-Uni la proposent à 391 € s‘il s’agisse d’un modèle entrée de gamme et à 2106,6 € si on parle de plus d’options et de qualités.

4. Prix d’une percuse pneumatique par pays

Un autre exemple de perceuse, qui est similaire à un marteau-piqueur à certains égards, est la perceuse pneumatique. En France, cette foreuse coûte entre 23,89 € et 1252 €.

Les chiffres ne sont pas les mêmes en Italie. En fait, un consommateur italien peut l’acheter en payant entre 37,99 € et 451,46 €. Aux Etats-Unis, vous pouvez acheter une perceuse pneumatique portable pour un usage précis à 12 € seulement.

Les professionnels américains qui cherchent une version complète et plus performante paient jusqu’à 1717,6 €. Au Royaume-Uni, les prix sont un peu différents. La fourchette de prix de telle machine est comprise entre 26,28 € et 1112,32 €.

Comparaison des prix de scies 

En France, une scie sauteuse peut coûter entre 87,9 € et 2 599,8 €. En fonction de votre budget pour cet outil, vous pouvez opter pour le moins cher ou le plus cher. Certains facteurs peuvent affecter le prix, comme la marque ou la taille.

Sur le marché américain, les bornes de la fourchette de prix ne sont pas les mêmes. En fait, vous pouvez trouver cette machine de 21,8 à 1047,5 €. Les consommateurs anglais paient généralement entre 55 € et 771,5 € pour cet accessoire. En Italie, l’offre est différente. En effet, une scie sauteuse entrée de gamme est proposée à 19,9 € et une autre professionnelle coûte environ 600 €.

1. Prix d’une Scie sauteuse par pays

Les scies circulaires peuvent coûter entre 50 et 3 290,8 € en France, car les prix varient d’une marque à une autre. Plusieurs caractéristiques supplémentaires entrent en jeu, vous pouvez donc vous attendre à payer plus.

Si vous êtes un travailleur du bois américain passionné et que vous décidez d’acheter une scie circulaire, vous pouvez l’obtenir en dépensant jusqu’à 3512,8 €. Pour un modèle typique destiné pour un usage occasionnel, le prix est d’environ 34,5 €.

Les professionnels anglais par contre peuvent obtenir une version de haute qualité à 1359,4 € seulement et un modèle standard ne coûte que 41,5 €. Cette fois, les Italiens doivent dépenser un peu plus. Ils paient entre 57,3 € et 4389,6 € pour obtenir une scie circulaire.

2. Prix d’une scie circulaire par pays

Les scies sur table peuvent coûter entre 260 € et plus de 4 045 €. C’est la fourchette de prix proposée pour le consommateur Français. Certes, il existe un grand nombre de modèles, tous avec des fonctions, des accessoires, et des caractéristiques différents.

Cependant, cela ne justifie pas la hausse des prix. En fait, un consommateur américain peut trouver une solide scie à table qui fonctionne bien pour environ 86 € et une autre de qualité professionnelle à 3955,3 €. En Italie et au Royaume-Uni, les prix sont un peu proches. Un acheteur anglais trouve une scie à table à 130,4 €, et à 2814,3 € pour une version plus complète. Un autre italien la trouve entre 128,9 € et 3.426,9 €.

3. Prix d’une scie à table par pays

Comme la plupart des bricoleurs, vous avez peut-être aussi besoin d’une scie à onglet. En France, son prix varie de 550 € à 6 682,8 €.

En Italie, elle est mise en vente en ligne et peut coûter de 57,3 € à 1 282,9 €. Les professionnels américains sont plus chanceux puisqu’une scie à onglet coûte de 139,6 à 644,2 € seulement. Sur le marché anglais, l’intervalle de prix de cette machine varie de 118,6 à 2371,3 €.

4. Prix d’une scie à onglet par pays

Vous recherchez une scie à ruban, à usage quotidien et de longue durée ? Vous devez opter pour des produits professionnels. Si vous êtes un bricoleur Français, attendez-vous à payer un prix de 141 € à 4 120 €. En Italie, les prix sont meilleurs, ils varient de 135 € à 2 179,9 €. Pour ce type de scie, les américains doivent payer entre 254,1 et 13 690,8 € et les anglais entre 129,5 et 10 611,5 €.

5. Prix d’une scie à ruban

Votre budget et votre type de travail auront également un impact sur le style et le prix de votre scie. Les consommateurs Français peuvent s’attendre à payer de 110,9 € à 1 048 € pour une scie à chantourner.

Cet accessoire est proposé sur le marché américain où le prix varie de 86 à 753,4 €. Au Royaume-Uni, il est disponible à 43,8 € comme prix minimum et 1 314,2 € pour une version haut de gamme Les acheteurs italiens payent entre 89 € et 1 450 € pour ce type de scie.

6. Prix d’une scie á chantourner

Le point sur la différenciation des prix des outils  

Pourquoi les mêmes outils ont-ils des prix différents dans le monde ?

Selon la théorie économique 1)Théories de la connaissance en économie : théories rationnelles appliquées à l’économie et théorie intuitive selon Edgar Salin ; https://journals.openedition.org/asterion/1230 le prix d’une marchandise dans un pays devrait également être le même dans les autres pays. Pour que cela soit possible, cette théorie suppose que tous les autres facteurs soient maintenus constants.

En d’autres termes, les hypothèses comprennent l’absence de coûts de transaction, de coûts de transport, de restrictions légales, de taux de change identiques et de manipulation des prix par les acheteurs ou les vendeurs. 

Mais réellement, il n’est pas possible de suivre toutes ces hypothèses. On constate souvent que les prix de tous les biens varient à travers le monde. Aucune perceuse, scie ou ponceuse n’a le même prix partout sur des marchés différents. Cela est dû au fait que tous les pays ont des règles et des systèmes différents.

Cependant, le fait que les pays aient des politiques différentes n’est pas la seule raison pour laquelle les outils de bricolage ont des prix différents dans le monde. Il existe également d’autres raisons. Examinons les facteurs qui expliquent pourquoi un même produit est vendu à des prix différents dans le monde.

1. Valeur perçue

La valeur perçue fait référence à l’évaluation du produit ou du service par les consommateurs. Lorsqu’ils évaluent un produit, les consommateurs examinent généralement les avantages du produit ou du service en question et sa capacité à répondre à leurs besoins et à leurs attentes, par rapport aux autres produits. La valeur perçue est mesurée par le prix que le public est prêt à payer pour un produit, dans notre cas la perceuse.

Le prix de nombreux articles n’est pas toujours déterminé en fonction du coût de leur production. La valeur perçue d’un produit peut varier d’un pays à un autre. Une marque bon marché dans un pays peut être considérée comme une marque réputée dans un autre pays. 

2. Coûts de transport

Les coûts de transport font référence aux coûts encourus par le vendeur lorsqu’il transfère son produit vers un autre endroit, dans le but de le vendre. Si la société vendeuse livre elle-même le produit, elle répercute souvent les coûts de transport sur le client.

Les différents pays facturent des prix différents pour le transport d’un produit donné. Il en résultera un prix différent pour le client final. D’autres coûts, comme les salaires des travailleurs, varient également en fonction du pays où l’entreprise vend le produit.

3. Coûts de transaction

Les coûts de transaction sont les coûts supportés par le vendeur lors de l’achat ou de la vente d’un produit ou d’un service particulier. Ces coûts incluent les paiements que les banques et les courtiers reçoivent pour leur aide à faciliter les transactions de marchandises.

En raison des coûts de transaction, les prix des perceuses sont également affectés dans les différents pays. Si les coûts de transaction sont élevés, le prix de la marchandise augmentera également. Si les coûts de transaction sont faibles, le prix de la marchandise sera plus bas.

4. Restrictions légales

Les restrictions légales font référence à la limitation de diverses activités émises par le gouvernement. Certains gouvernements peuvent décourager la vente d’un produit particulier dans leur pays, ce qui entraîne une hausse du prix du produit, en raison d’une demande accrue et d’une offre réduite 2)demande accrue et d’une offre réduite ; https://www.ionos.fr/startupguide/gestion/offre-et-demande/ D’autres formes de restrictions comprennent les restrictions en matière d’immigration, les restrictions en matière de licences, etc.

5. Structure du marché

La structure du marché fait référence à la manière dont les différentes industries sont classées et différenciées en fonction des types de biens qu’elles vendent et de la manière dont leurs opérations sont affectées par des éléments externes.

Les structures de marché varient selon les pays. Le nombre d’acheteurs et de vendeurs varie d’un marché à l’autre. Il en résulte une capacité variable des différents vendeurs à fixer des prix.

6. Taxes et droits d’importation

La différence de taxes et de droits d’importation entre les différents pays est l’un des principaux facteurs qui affectent les prix des perceuses ou d’autres outillages. Dans certains pays, les droits d’importation sont élevés, alors que dans d’autres, ils sont faibles. Les taxes locales ont également une grande influence sur le prix final à payer par le client. Les subventions, les taxes sur les ventes et les taxes sur la valeur ajoutée jouent également un rôle important dans la détermination du prix final à payer par le client.

Selon la théorie économique connue sous le nom de loi du prix unique3)loi du prix unique ; https://www.jstor.org/stable/24698217 , le prix d’une marchandise particulière devrait être le même lorsqu’elle est vendue dans différents pays du monde. Cependant, cela n’est pas possible en raison de divers facteurs. En fin de compte, les diverses charges imposées par le gouvernement d’un pays déterminent les prix payés par ses citoyens. 

Si le pays demande un taux d’imposition et d’autres charges moins élevés, les citoyens doivent payer moins pour le produit. Si les charges sont plus importantes, le prix est également plus élevé. Bien que les écarts de prix élevés soient utiles à de nombreuses entreprises et gouvernements pour réaliser des bénéfices, au final, c’est le consommateur final qui doit supporter les taxes et les prix élevés pour le même bien vendu moins cher dans un autre pays.

YouTube video

Les différences de prix : le bon et le mauvais 

Le bon côté : Plus de ventes et plus de profits 

Tout le monde n’est pas prêt à payer la même chose. Les fournisseurs ont donc l’habitude, sur leurs marchés locaux, de segmenter le marché et de différencier les produits pour répondre aux différents niveaux de besoins et de volonté de payer des clients.

Parfois, la différenciation du produit ou du service est même minime et le produit est presque identique mais le prix varie quand même considérablement, pensez par exemple à une perceuse portant la même marque et la même version. En d’autres termes, les gens sont prêts à payer des prix différents sur un même marché, et la bonne stratégie de tarification pour y remédier consiste à avoir plusieurs prix pour un produit/service identique ou légèrement différent.

Si le vendeur ne propose qu’un seul prix, le marché total adressable est limité et le potentiel commercial l’est également. En revanche, s’il est possible de différencier les prix (dans le respect des contraintes légales, bien entendu), le marché adressable est plus vaste et le nombre de clients à atteindre est plus important. 

Maintenant, la question est simple : si c’est la meilleure stratégie de tarification sur un seul marché national, alors c’est certainement aussi la meilleure stratégie de tarification à l’international. Différencier les prix en fonction de la volonté de payer sur chaque marché et gagner beaucoup plus d’argent qu’en appliquant le même prix partout.

Imaginons qu’une entreprise française veuille exporter vers le Royaume-Uni : le prix anglais doit-il être simplement le prix en euro converti en livre sterling ? C’est possible, mais il est probable que les clients anglais n’ont pas la même volonté de payer que les clients français, et donc qu’une simple conversion conduirait à un prix trop élevé, ou peut-être trop bas. Les deux cas entraînent une perte de bénéfices. 

Le mauvais côté : Les pièges des achats internationaux

Dans certains secteurs, les clients sont plus internationaux et certainement plus puissants que les fabricants ou les prestataires. Cela signifie qu’ils peuvent exploiter et exploiteront les différences de prix internationales, en achetant dans des pays où les produits sont moins chers, ou en utilisant simplement les différences de prix pour obtenir de meilleures conditions : « Regardez, je vois ici sur mon écran d’ordinateur que mon collègue français peut acheter 30 % moins cher que ce que je peux acheter chez vous, Madame la responsable des ventes, dans notre propre pays. Je veux donc une remise de 30 % ». 

Dans le passé, il s’agissait d’une menace vide de sens, à moins que le client ne puisse déplacer des marchandises physiques du pays à bas prix vers le pays à prix plus élevé, ce que l’on appelle le commerce parallèle, mais aujourd’hui, il suffit d’une organisation mondiale d’approvisionnement disposant d’un pouvoir de négociation suffisant pour obtenir ce qu’elle veut.

Le commerce parallèle et l’exploitation des différences de prix internationales peuvent être contrés par diverses stratégies et techniques :

  • Différenciation ou localisation des produits : vendre efficacement des produits différents dans différents pays.
  • Offre groupée de services locaux : ajouter des services locaux qui ne sont fournis que sur les marchés locaux et disparaissent s’ils sont réexportés.
  • Corridors de prix internes : au lieu d’avoir un prix mondial unique (ce qui est mauvais, par rapport aux avantages de la différenciation), créez un corridor et laissez les marchés locaux augmenter (ou diminuer) les prix pour répondre aux besoins du marché local, tant qu’ils restent dans le corridor mondial.

La personnalisation des prix se justifie-t-elle ?

Existe-t-il des différences légitimes entre les clients qui pourraient expliquer qu’un site souhaite proposer des prix différents à différents clients 4)personnalisation des prix ; https://www.inc-conso.fr/content/la-personnalisation-des-prix-enjeux-et-risques-pour-les-consommateurs ? Dans certains cas, oui !

Les magasins peuvent essayer de conserver des clients fidèles. Les « cookies » stockés sur nos PC peuvent signaler à un détaillant le fait que nous avons visité un certain site plus d’une fois. Le détaillant peut répondre à notre fidélité en baissant ses prix pour nous. Après tout, nous achetons en quantité, au fil du temps.

Ironiquement, les magasins peuvent récompenser spécialement ceux qui ne font pas la chasse aux bonnes affaires, et qui rapportent donc plus. L’utilisateur constant de codes de réduction peut se voir facturer des prix initiaux plus élevés, tandis que l’acheteur qui ne prend jamais la peine de comparer les prix (il achète sur son site préféré malgré les soldes d’un concurrent) et n’utilise jamais de codes de réduction peut bénéficier de réductions de prix en retour.

De plus, même lorsqu’il n’y a pas de différences entre les clients, on pourrait penser que les baisses de prix aléatoires, comme celles qu’Amazon dit utiliser, sont inoffensives, puisqu’en théorie, tous les clients ont les mêmes chances de bénéficier des prix réduits, alors qu’en fait, seuls certains en bénéficient. De plus, les prix ne sont pas adaptés au profil de certains clients, s’ils sont proposés de façon vraiment aléatoire. Par conséquent, si c’est l’aspect adaptation qui est troublant, les baisses de prix aléatoires l’éliminent.

Les détaillants doivent-ils fixer des prix différents en magasin et en ligne ? 

Si Amazon (ou un autre détaillant en ligne) n’est pas en train de voler des clients de manière significative, cela n’a pas de sens de baisser les prix en ligne. Il est préférable d’accepter la perte minimale de clients, de maintenir les prix actuels et d’être reconnaissant.

En revanche, si un détaillant en ligne réussit à capter un nombre important de clients, il est temps de se demander s’il est judicieux de pratiquer des prix identiques en ligne et en magasin. Cette décision renvoie au dilemme de la tarification auquel sont confrontés de nombreux détaillants en brique et en mortier : Si une entreprise fixe des prix très bas afin de concurrencer ses rivaux sur Internet, elle perdra de l’argent sur les achats en magasin en raison des coûts plus élevés du magasin (employés, loyers élevés, etc.).

Mais si les prix sont fixés en fonction de ce qui est rentable pour les achats en magasin, les prix sur Internet ne seront pas compétitifs. L’application d’un prix unique à tous les canaux peut entraîner un désavantage sur un marché.

De nombreux vendeurs fixent des prix différents en fonction de la concurrence. Certains articles sélectionnés dans un magasin peuvent être influencés par les prix d’articles identiques chez d’autres détaillants proches. Par conséquent, il est courant que les prix de certains articles puissent varier d’un magasin à l’autre dans une même zone. Cela a du sens, alors pourquoi ne pas étendre cette philosophie à la tarification en ligne ? Si l’emplacement du magasin en ligne est plus compétitif, alors réduisez-y les prix.

Les détaillants devraient considérer leurs canaux en ligne et en magasin comme des services uniques, un peu comme les stations-service qui offrent des options de libre-service et de service complet. Des prix relativement plus élevés peuvent capter la prime que certains clients accordent à l’achat en magasin. Les prix sur le Web peuvent être plus bas pour concurrencer les détaillants en ligne agressifs.

Les prix réduits sur le web signifient-ils que tout le monde va acheter en ligne ? Non. De nombreuses personnes choisissent d’acheter en magasin et de payer des primes, même si elles peuvent commander sur Amazon. 

Lorsque les clients en magasin demandent, les magasins doivent-ils s’aligner sur leurs prix en ligne ? Avec des prix en ligne et en magasin différents, il est inévitable que certains consommateurs se présentent en magasin et demandent le prix web. Il est généralement préférable de s’aligner sur les prix en ligne. Considérez cela comme un profit supplémentaire et espérez que ces clients feront des achats supplémentaires en magasin.

Si la correspondance des prix peut être limitée à 10-15 % des ventes d’un magasin, elle peut également être considérée comme un type de stratégie de couponing durable. Il est préférable que les détaillants considèrent la correspondance des prix comme une mesure temporaire et qu’ils s’efforcent de donner aux clients davantage de raisons d’acheter dans leurs magasins.

Les smartphones permettent aux clients de trouver facilement des prix inférieurs en ligne alors qu’ils se trouvent dans un magasin physique : cette réalité peut faire hésiter les responsables de la distribution à fixer des prix différents en ligne et en magasin.

Cette réalité peut faire hésiter les responsables de la distribution à fixer des prix différents en ligne et en magasin. La crainte est que les consommateurs soient rebutés par le fait de savoir que les prix diffèrent en fonction du canal ou de l’expérience. 

Quand les vendeurs en ligne utilisent des prix différents pour des consommateurs différents

Faites-vous des achats en ligne ? Si c’est le cas, les vendeurs sont susceptibles d’en savoir beaucoup sur vous : historique des achats, historique de la navigation, lieu de résidence, système d’exploitation utilisé, etc. Les consommateurs et les responsables politiques s’inquiètent du fait que les vendeurs en ligne puissent utiliser les données des consommateurs pour savoir combien ils sont prêts à payer, puis pratiquer des prix différents selon les consommateurs, ce que l’on appelle la tarification personnalisée.

Devons-nous nous inquiéter de la tarification personnalisée ? Eh bien, les vendeurs ont intérêt à éviter la tarification personnalisée, et les consommateurs pourraient s’inquiéter de l’absence de tarification personnalisée.

Pour voir la première partie, imaginez qu’un vendeur en ligne utilise les données des consommateurs pour personnaliser les prix. Les consommateurs essaieraient alors de jouer le système. Par exemple, ils peuvent créer de nouveaux comptes d’utilisateur pour voir s’ils bénéficient de prix plus bas, ou aller dans les paramètres de confidentialité et effacer les cookies. 

De tels comportements diminuent la qualité des données et empêchent le vendeur non seulement de fixer efficacement les prix, mais aussi d’améliorer son système de recommandation et son moteur de recherche. Pour éviter cela, le vendeur peut s’engager à ne pas personnaliser les prix. Cet engagement encourage les consommateurs à fournir davantage de données, ce qui permet au vendeur d’afficher des produits qui sont directement pertinents pour chaque consommateur. 

Les grands détaillants en ligne peuvent particulièrement bénéficier de cette stratégie, car la partie cruciale de leur activité consiste à faire correspondre les consommateurs à des produits pertinents. Lorsque les vendeurs peuvent utiliser les données pour personnaliser les aspects non tarifaires de leurs services et créer de la valeur, ils ont tout intérêt à s’engager à ne pas personnaliser les prix.

Étonnamment, cette politique apparemment favorable aux consommateurs peut leur nuire. Pour s’en convaincre, imaginons qu’un vendeur s’engage à ne pas personnaliser les prix et que tous les consommateurs (2), sauf vous, fournissent leurs données.

Le vendeur peut utiliser ces données pour connaître les goûts des consommateurs et montrer à chaque consommateur les produits qu’il aime. Comme le vendeur peut présenter chaque produit aux consommateurs qui l’apprécient beaucoup, il peut fixer un prix relativement élevé pour chaque produit. 

Comme les prix ne sont pas personnalisés, vous devrez également payer ces prix élevés, que vous fournissiez ou non des données. L’essentiel est que, lorsque le vendeur ne personnalise pas les prix, la fourniture de données par certains consommateurs peut nuire à d’autres consommateurs par le biais de prix élevés (cela ressemble à ce que les économistes appellent une externalité négative).

Comme les consommateurs ne tiennent pas compte de ce phénomène, chaque consommateur choisit de protéger trop peu la vie privée, par rapport au niveau qui maximise le bien-être commun des consommateurs. Ce problème ne se pose pas dans le cadre de la tarification personnalisée, car chaque consommateur tient compte de la manière dont la fourniture de données affecte les prix qui lui sont facturés.

La tarification personnalisée ne semble pas être aussi répandue qu’on pourrait le croire. Cela pourrait être dû à des contraintes technologiques ou à la crainte des entreprises d’une réaction négative des consommateurs. La deuxième énigme est que, malgré les inquiétudes croissantes, les consommateurs semblent partager leurs données avec les détaillants en ligne avec désinvolture.

La théorie indique qu’il pourrait être optimal pour un consommateur individuel de le faire, tant que les vendeurs ne personnalisent pas les prix. Toutefois, cela ne signifie pas que nous ne devons pas nous préoccuper de la vie privée. Collectivement, les consommateurs pourraient céder trop de données personnelles.

Pour réfléchir à l’avenir de la tarification personnalisée, permettez-nous d’expliquer deux hypothèses cruciales de la théorie ci-dessus. La première hypothèse est que les vendeurs peuvent utiliser les données pour améliorer autre chose que la tarification, par exemple en faisant correspondre efficacement les consommateurs aux produits. Avec les progrès des technologies de l’information et la variété croissante des produits, cette situation restera pertinente à l’avenir.

L’autre hypothèse cruciale est que les consommateurs peuvent contrôler leurs données. C’est important car l’idée que les vendeurs veulent éviter la tarification personnalisée ne tient que si les consommateurs peuvent choisir de cacher leurs données. Si les vendeurs pouvaient librement collecter des données sans le consentement des consommateurs, alors les vendeurs collecteraient autant de données que possible et les utiliseraient pour personnaliser les prix. 

Avons-nous le contrôle de nos données ? Il n’y a pas de réponse simple à cette question, et nous pouvons penser que la réponse est non dans certains contextes. Cependant, le récent règlement général sur la protection des données tente au moins de donner aux consommateurs un plus grand contrôle sur les données.

Mais rappelez-vous la chute : Si les consommateurs ont un contrôle total sur leurs données, les vendeurs peuvent simplement s’engager à ne pas personnaliser les prix, et la tarification non personnalisée peut aggraver la situation des consommateurs.

Conclusion

L’évolution du mode de vie a accru l’intérêt et le besoin de bricolage pour la décoration intérieure et les réparations domestiques, d’où une utilisation croissante des outils à main. L’industrie de bricolage évolue pour répondre aux demandes de plus en plus complexes d’un plus grand nombre de consommateurs dans le monde. Suivre la façon dont les propriétaires et les professionnels prennent leurs décisions d’achat est un défi. En fait, la majorité des ressources de bricolage sont en ligne. 

Les consommateurs font également leurs achats là où ils le souhaitent aujourd’hui, que ce soit via une application, en naviguant en ligne, via les médias sociaux, etc. Ainsi, la fixation des prix des produits doit être soigneusement étudiée en tenant compte des sites de commerce électronique et des détaillants.

Les vendeurs doivent-ils continuer à réduire les prix ? Bien sûr que non ! lls doivent employer des stratégies de tarification intelligentes pour s’assurer que les ventes continuent de croître et pour répondre aux besoins de leurs clients. 

Sources :

Sources :
1 Théories de la connaissance en économie : théories rationnelles appliquées à l’économie et théorie intuitive selon Edgar Salin ; https://journals.openedition.org/asterion/1230
2 demande accrue et d’une offre réduite ; https://www.ionos.fr/startupguide/gestion/offre-et-demande/
3 loi du prix unique ; https://www.jstor.org/stable/24698217
4 personnalisation des prix ; https://www.inc-conso.fr/content/la-personnalisation-des-prix-enjeux-et-risques-pour-les-consommateurs
Vous avez encore des questions ?
Obtenez l’aide de la communauté. Posez votre question dans le forum et obtenez de l’aide d’autres enthousiastes du bricolage et des professionnels de la construction.
Nous sommes là pour nous aider les uns les autres.
Au Forum!
123 Bricolage
Logo